L'AQUACULTURE D'ALGUES AU QUÉBEC

aquaculture

La mariculture ou culture en mer, au Québec, possède un défi de taille : la glace. La culture sur filière (voir schéma) est donc le moyen le plus pratique de faire de l’aquaculture malgré la présence possible de banquise et de glace dérivante. Ainsi, la culture des algues, très récente au Québec, est dérivée de la culture de moules plus ancrée dans la Province.

Seabiosis utilise donc des filières de moules qui ont été adaptées pour la culture des algues. Les plantules (jeunes pousses d’algues) issue d’une écloserie gaspésienne sont placées sur les filières à l’automne à chaque année. Les filières sont généralement placées proche de la surface. Mais elles sont coulées plus en profondeur en hiver, de décembre à avril, afin de les protéger des glaces. Ayant accès à moins de lumière et une température de l’eau plus froide, la croissance des algues est ralentie  durant cette période. Le plus gros de la croissance se fait au printemps, d’avril à début juin. Après 8 mois de croissance, les algues sont récoltées pour être ensuite transformées en produits savoureux.

Plantules à la mise  à l’eau

Aquaculture

Algues à la récolte

aquaculture

LES AVANTAGES DE L'AQUACULTURE D'ALGUES

Un avantage pour le transformateur… et le consommateur !

La laminaire sucrée, aussi appelée Kombu Royal ou Saccharina latissima, a des caractéristiques qui se prêtent bien au domaine de l’alimentation humaine. Lorsqu’elle provient de l’aquaculture, elle est généralement plus mince que la laminaire sauvage, donc plus fine en bouche et plus fondante lorsqu’elle est séchée. De plus, le fait de contrôler la croissance de l’algue depuis le stade plantule jusqu’à la récolte permet d’obtenir une qualité stable, ainsi qu’une parfaite traçabilité.

Contrairement à l’algue cueillie à même les fonds marins, l’entièreté de l’algue est disponible pour la transformation, ce qui permet d’élargir la créativité des produits proposés par Seabiosis, en utilisant des parties de l’algue normalement non utilisées !

Une culture écoresponsable et bénéfique à l’environnement

Contrairement à l’agriculture dite « conventionnelle », la culture des algues (algoculture) est non polluante. Elle ne nécessite aucun ajout d’intrant chimique, de fertilisant, de fongicide, de pesticide ou autre. L’algue de culture utilise les nutriments présents dans la mer et l’énergie du Soleil, tout simplement !

L’algue cultivée est « ajoutée » temporairement à l’écosystème marin. On ne retire donc aucune algue qui aurait pu servir de nourriture, d’abri ou de lieu de reproduction à la faune marine. L’algue étant une plante, elle capte le C02 et rejette de l’oxygène dans le milieu marin. Ajouter des algues dans la mer équivaut à planter un arbre sur la terre.

Relever le défi de nourrir la planète

Quand on sait que les superficies cultivables diminuent à cause, notamment, de l’étalement urbain et des variations climatiques extrêmes ; et que la population mondiale croît d’environ 80 millions de personnes par an ; il est urgent de trouver des alternatives à l’agro-industrie conventionnelle. L’algue n’accapare aucune terre arable et croît relativement rapidement (culture sur 8 mois). Elle fait donc  partie des aliments de demain qui permettront de nourrir les habitants de la Terre.