Article

L’algoculture, une culture écoresponsable

algoculture, L’algoculture, une culture écoresponsable

Seabiosis a décidé de se lancer dans l’aquaculture pour produire les algues qui composent ses produits. Mais pourquoi un tel choix ? Pourquoi avoir préféré la culture des algues (algoculture) à la cueillette d’algues sauvages ?

Description de la méthode de culture

Tout d’abord, on ne peut parler d’algoculture sans expliquer le principe. Chez Seabiosis, nous utilisons un système de filières pour faire pousser les algues. Ces filières sont installées dans le milieu naturel, dans des sites de culture enregistrés au MAPAQ. Pour l’instant, Seabiosis loue des filières à une entreprise de culture de moules déjà existante à Carleton, Ferme Maricole du Grand Large, afin de tester le site et de développer les connaissances sur cette nouvelle culture au Québec.

algoculture, L’algoculture, une culture écoresponsable

Le site de culture est situé au large du Banc de Maria, à environ 2 km de la côte.  Pour l’instant, Seabiosis utilise seulement trois filières. Mais sachant qu’une filière mesure 145 m de long, cela représente 435 m de filière au total ! Donc pour effectuer la culture, Seabiosis achète des plantules (jeunes pousses d’algues) de laminaire sucrée (Saccharina latissima, Kombu royal) à l’écloserie Fermes Marines du Québec de Newport et va les placer sur les filières en mer à l’automne de chaque année. Les filières sont alors immergées jusqu’à 7 m de profondeur pour éviter d’être endommagées par les glaces pendant l’hiver. Les algues vont pousser au ralenti pendant l’hiver, étant dans une eau froide et loin de la lumière, élément indispensable à leur croissance. Mais au printemps, dès que le bateau d’aquaculture peut être mit à l’eau, les filières sont remontées à environ 2-4 m pour leur permettre d’augmenter leur croissance. Le plus gros de leur croissance va ainsi se faire entre avril et juin, donnant des algues pouvant atteindre plus d’1 m de long. Au moins de juin, toutes les algues doivent être ramassées pour éviter l’apparition d’espèces nuisibles de la famille des Bryozoaires.

algoculture, L’algoculture, une culture écoresponsable

Plantules à la mise à l’eau

algoculture, L’algoculture, une culture écoresponsable

Algues adultes à la récolte

Il faut donc environ 8 mois de croissance pour obtenir des algues gaspésiennes de qualité alimentaire. Cela est relativement court comparé à d’autre espèces d’aquaculture, notamment les fruits de mer comme les moules ou les huîtres qui peuvent nécessiter jusqu’à 3 années de croissance avant d’atteindre une taille commerciale.

L’algoculture dans le monde

Bien sûr, en matière d’algoculture, le Québec n’a rien inventé. L’algoculture a principalement été développée en Asie, dans les années 50, par la mise au point de techniques d’ensemencement de supports par les spores donnant les plantules, d’abord au Japon puis en Chine. Les techniques ont ensuite continuellement évoluées dans différents pays asiatiques (Corée du Sud, Japon, Chine) permettant ainsi d’améliorer les performances de l’aquaculture d’algues. Ainsi, l’algoculture a été développée afin de pouvoir répondre à la demande mondiale grandissante qui ne pouvait plus être atteinte uniquement par la cueillette d’algues sauvage. L’algoculture permet de répondre à la demande notamment des pays asiatiques, grands consommateurs d’algues, mais aussi grands exportateurs (cf. autre article : https://seabiosis.com/les-algues-en-tant-qualiment/).

La production mondiale de macro-algues s’élève à près de 25 millions de tonnes en 2013 (FAO, 2014) : 96 % de ce tonnage provient de la culture d’algues dans les pays d’Asie de l’Est et du Sud-Est, et le reste provient d’Amérique du Sud, d’Afrique, d’Europe puis d’Océanie. De plus, selon l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture, les algues représentent 51 % des produits de l’aquaculture mondiale en milieu marin, devant les mollusques (37 %) et les poissons (9 %).

Différentes algues peuvent être cultivées à travers le monde, et ce, suivant différentes techniques (milieu ouvert ou fermé, sporulation contrôlée ou non, culture sur filière, sur radeau, au sol, etc.). Par exemple, les algues rouges de type Porphyra (algues noris) et les algues brunes de type laminaires (comme la laminaire sucrée) occupent une place importante dans l’algoculture faite par le Japon, la Corée du Sud et la Chine. Les opérations de culture et de conditionnement de plusieurs millions de tonnes d’algues fraiches occupent des dizaines de milliers de professionnels dans ces pays grands producteurs.

Dans les pays occidentaux, la culture et la cueillette des algues est plutôt anecdotique. Par exemple, la production d’algues en Europe en 2013 était seulement de 320 000 t. Or, la quasi-totalité du tonnage européen est produit à partir de la cueillette d’algues sauvages (près de 87 %) et provient majoritairement de la Norvège, de la France et du Danemark. En France, la production d’algues issue de l’aquaculture est d’à peine 350 t d’algues produites par quelques fermes situées en Bretagne. Cependant, cette production est amenée à considérablement augmenter grâce au lancement de plusieurs entreprises dans l’algoculture. Il en est de même en Amérique du Nord où, bien qu’encore peu développée, l’algoculture et la transformation des algues devraient croître rapidement avec l’augmentation de la demande mondiale en algues.

Ainsi, au Québec (en Gaspésie, sur la Côte Nord, aux Îles-de-la-Madeleine), il y a quelques entreprises comme Seabiosis à s’être lancées récemment dans le défi de faire de la culture en mer d’algues pour le secteur de l’alimentaire mais aussi, dans le futur, pour d’autres secteurs porteurs (cosmétiques, pharmaceutique, fertilisants, etc.).

L’algoculture, une culture écoresponsable

Faire de l’aquaculture, c’est un peu comme entretenir une plantation d’arbres. En effet, les algues sont des plantes marines, donc comme toutes plantes, elles font de la photosynthèse, c’est-à-dire qu’elles utilisent la lumière du soleil pour capturer de l’eau et du CO2 de leur milieu et les transformer en énergie pour leur croissance et leur survie tout en rejetant de l’O2 et des glucides (principalement du glucose). Le glucose est alors utilisé comme nutriment par la plante.

Ainsi les algues aident à la capture du CO2 et à la production mondiale de l’O2. Cela est d’autant plus marqué car les macro-algues comme les laminaires ont une croissance relativement rapide, donc une capacité à capter le carbone assez importante comparée à une plante terrestre à croissance plus lente.

algoculture, L’algoculture, une culture écoresponsable

Il semblerait que les algues soient une bonne avenue pour la capture et le stockage à long terme du CO2 et ainsi aider à contrer le réchauffement climatique. Ainsi, les macro-algues peuvent contribuer aux stocks de « carbone bleu », le carbone qui est naturellement capturé et séquestré par les plantes dans les habitats côtiers et marins. Ces stocks de carbone bleu seraient même reconnus pour être plus efficaces que le stockage par les systèmes végétaux terrestres pour une séquestration à long-terme ! Ainsi, les macro-algues sont particulièrement intéressantes car elles produisent beaucoup de biomasse et peuvent se transporter facilement, ce qui en fait des «donateurs» potentiels pour les stocks de carbone bleu.

En outre, il est estimé que l’ensemble des végétaux aquatiques de la planète produit entre 70 et 80 % de l’oxygène de l’atmosphère. Ce qui représenterait environ 330 milliards de tonnes d’oxygène par année ! Donc sans les plantes aquatiques, dont les macro-algues, la vie sur Terre ne serait pas possible, ce qui fait des algues un élément indispensable à la vie telle qu’on la connait.

Les algues créent aussi des habitats pour de nombreuses espèces marines comme des mollusques, des crustacés et des poissons. Elles leurs prodiguent de la nourriture et un abri contre les prédateurs. Ainsi, les forêts d’algues jouent un rôle primordial dans la conservation de la biodiversité, représentant un service écologique depuis longtemps reconnus.

Seabiosis, grâce à son partenariat avec Ferme Maricole du Grand Large, fait grandir ses algues à proximité de moules de culture, recréant ainsi une symbiose naturellement présente dans le milieu marin. En effet, les algues vont produire de l’oxygène qui va être utilisé par les moules, et en échange, les moules vont rejeter des déchets qui seront utilisés comme nutriments par les algues.

Voilà les différentes raisons qui font que Seabiosis a choisi de faire de l’algoculture. Maintenant, les consommateurs peuvent encourager l’algoculture québécoise en faisant le choix écoresponsable de manger des produits issus des algues naturellement cultivées en Gaspésie !

Sources :

Commentaires